Entrevues

Oncologie verte: le vert dans le service est toujours bon


Oncologie verte" c'est possible! Aussi l'oncologie peut prendre en compte son impact sur l'environnement. Le premier à être sûr est Roberto Labianca, le président du CIPOMO (Collège italien des oncologues médicaux primaires à l'hôpital), une association qui a lancé en mai 2012 un véritable «Manifeste sur l'oncologie verte». C'est une invitation à un changement du paradigme conceptuel de l'oncologie au XXIe siècle. Voici dans quelle direction.

1) Quand est né CIPOMO? Avec quelle mission? Combien êtes-vous aujourd'hui?
Nous sommes une association à but non lucratif pour la protection et la promotion deoncologie médicale sous l'aspect scientifique, professionnel et institutionnel. Nos principaux objectifs sont: renforcer les structures d'oncologie médicale présentes dans les hôpitaux, favoriser la recherche scientifique interdisciplinaire, la formation du personnel et la collaboration entre les oncologues primaires, le ministère de la Santé et l'administration publique en général. Enfin, nous promouvons des activités de formation et d'information sanitaire auprès du public, des associations bénévoles, de la presse. Le CIPOMO comprend les hôpitaux primaires responsables des unités opérationnelles complexes Oncologie médicale.

2) Dans quelle mesure la recherche scientifique s'est-elle récemment orientée vers le respect de l'environnement?
Ces dernières années, un voyage de plus grande prise de conscience a commencé mais nous sommes toujours dans une phase primordiale, il reste encore beaucoup à faire. En tant qu'oncologues médicaux primaires, nous pensons que l'objectif durabilité il doit être obtenu par la conscience que nos comportements et nos décisions prennent une grande valeur, surtout lorsque la prescription de certains tests n'apporte aucun bénéfice direct au patient, mais au contraire génère de la pollution. L'année dernière, nous avons mis en évidence le grand nombre de tomodensitogrammes et de tomodensitogrammes qui sont effectués chaque année en Italie, dont certains ont peut-être été effectués pour une médecine défensive évidente.

3) Que signifie Green Oncology? Quelques exemples?
Oncologie verte est le nouveau paradigme conceptuel et opérationnel de l'oncologie qui abandonne le modèle biomédical traditionnel, centré sur l'intérêt du patient individuel et sa relation exclusive avec le médecin. Là Oncologie verte c'est une évolution vers des actions cliniques participatives auprès des patients, partagées entre les différents professionnels de santé, et éco-responsables de l'impact potentiel sur l'environnement humain, professionnel, structurel, technologique et organisationnel dont elles sont issues, ainsi que sur la biosphère. Nous avons également préparé un décalogue sur le Oncologie verte, parmi les différents points l'invitation à contenir des prescriptions de médicaments hors AMM, par exemple, ou à exploiter toutes les possibilités de remboursement (partage des coûts, partage des risques, paiement au résultat) des médicaments et le rappel de les combiner patients d'un jour qui doivent être traités avec le même médicament.

4) Cela coûte-t-il plus cher de fonctionner selon les «préceptes» de l'oncologie verte?
Non, au contraire, il peut aussi y avoir des économies; mais notre premier objectif n'est pas une référence générique et une contribution à l'examen des dépenses, aussi importantes et nécessaires soient-elles. Là Oncologie verte est une invitation à un changement du paradigme conceptuel de l'oncologie au XXIe siècle.

5) Comment considérez-vous les normes ministérielles à cet égard?
Nous pensons que notre contribution est un départ nécessaire et une impulsion qui suscite une réflexion au niveau ministériel, nous espérons qu'elle générera un ajustement des normes actuellement envisagées.

6) Que se passe-t-il dans d'autres pays? De qui prendre un exemple?
Certainement les États-Unis d'Amérique et en particulier l'ASCO, l'association américaine des oncologues. D'autres contributions intéressantes sont à noter par exemple en Grande-Bretagne, mais l'Italie, avec fierté, peut être considérée comme un précurseur sur ces questions.

7) Dans quelle mesure les patients sont-ils sensibilisés à l'oncologie verte?
Comme dans tous les domaines où la pensée verte a été lancée, nous en sommes également aux premiers pas en oncologie. le Manifeste sur l'oncologie verte Il a été lancé par le CIPOMO en mai 2012. Cependant, nous avons immédiatement remarqué un intérêt significatif du grand public et nous recevons des signaux en ce sens chaque jour au contact de nos patients.

La vidéo sur le Oncologie verte:



Vidéo: Le Vrai Régime anticancer du Pr David Khayat (Octobre 2021).